La Liberté

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés

Personnel de l’Etat: Les discussions sur la pénibilité au travail s’annoncent très disputées

Entre les attentes des syndicats et les propositions du Conseil d’Etat, il y a un gouffre. Les négociations sur la reconnaissance de la pénibilité au travail vont bientôt débuter. Les syndicats s’étonnent de l’exclusion du personnel de santé.

Les gardes-faune font partie des fonctions considérées comme pénibles par le canton. © Charly Rappo-archives
Les gardes-faune font partie des fonctions considérées comme pénibles par le canton. © Charly Rappo-archives

Dominique Meylan

Publié le 19.06.2024

Temps de lecture estimé : 4 minutes

La pénibilité au travail est inscrite dans la nouvelle loi sur le personnel de l’Etat, mais sa mise en œuvre pourrait être délicate. Les premières mesures avancées par le canton ne rejoignent pas du tout les revendications des syndicats. Ce thème a été vivement débattu mardi soir à Fribourg lors de l’assemblée générale du Syndicat des services publics (SSP). Les membres présents ont rejeté en bloc les propositions du Conseil d’Etat. «Nous sommes interloqués par ces propositions que nous jugeons inacceptables. Il faut aller beaucoup plus loin», estime Gaétan Zurkinden, secrétaire régional du SSP. Une mobilisation est envisagée cet automne.

La FEDE (Fédération des associations du personnel du service public) suit la même ligne. «Les propositions du Conseil d’Etat sont vraiment insatisfaisantes, réagit sa présidente, Isabelle Castella. Elles ne correspondent pas aux objectifs que nous nous étions fixés.» Les négociations seront lancées début juillet. De son côté, la Direction des

Articles les plus lus
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11