La Liberté

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés

Hommage: Françoise Hardy, la star timide

La France pleure la disparition de Françoise Hardy, décédée à l’âge de 80 ans, une des dernières icônes des années 1960.

Françoise Hardy à Paris en 1967, l’époque de ses premiers tubes. © AP Photo/Keystone
Françoise Hardy à Paris en 1967, l’époque de ses premiers tubes. © AP Photo/Keystone

Jean-Philippe Bernard

Publié le 12.06.2024

Temps de lecture estimé : 7 minutes

«Moi, une icône pop? Oh, mon Dieu! Les gens ont parfois de drôles d’idées!» En face de nous, la belle dame aux cheveux gris coupés court, si élégante dans une tenue qui n’avait pourtant rien de clinquante, venait d’émettre un petit rire empreint de modestie. Ce jour-là, au printemps 1996 probablement mais à ce stade, la mémoire peut jouer des tours, on avait pour mission d’interviewer Françoise Hardy.

Maintenant qu’elle vient de quitter ce monde à l’âge de 80 ans, après des années de souffrances qu’elle qualifiait d’intolérables, il serait facile d’écrire que notre cœur battait la chamade et que nos mains tremblaient. Sans doute que ça conforterait le mythe qu’on peut découvrir dans les livres d’histoire. En vérité, à l’époque, on aurait préféré rencontrer Iggy Pop, l’ex-Stooges avec lequel notre interlocutrice enregistrerait quelques années plus tard une fort jolie chanson (I’ll Be Seeing You). Après tout, on n’avait pas connu le temps de Salut les copains, magazine haut en c

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11