La Liberté

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés

Chronique: cette nouvelle mode ne manque pas d’air

Notre chroniqueuse ne supporte pas que certaines personnes ne prononcent pas le "r". Selon elle, cette lettre donne du caractère à la langue française.

Scarlet Cavassini

Publié le 24.11.2023

Temps de lecture estimé : 3 minutes

Quat’, êt’e, mett’e! L’air de rien, cette mode des «r» manquants envahit le langage. Des peut-êt’e, des lett’es, des aut’es, des prend’e, des octob’e novemb’e décemb’e, venus le plus souvent de France, à tire-larigot. Les entendez-vous aussi? Ces omissions font saigner mes oreilles.

La lettre «r» n’a pas le charme d’une voyelle, soit. Est-ce une raison pour l’éradiquer à la fin des mots se terminant par «tre» ou «dre»? Privés de leur «r», ces derniers ne respirent plus. Leur caractère se perd, leur terminaison devient lisse et leur diction molle.

Dans notre français, le «r» est rugueux. Il naît dans la gorge, il racle et gratte. Par son mordant, il menace parfois, peut sembler ronchon ou agressif. Il ne possède ni le panache du &laq

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11