La Liberté

Un champion somalien du droit à l'éducation récompensé par l'ONU

Abdullahi Mire a ainsi offert, via son organisation une éducation à nombre de ses compatriotes réfugiés dans l'immense complexe de Dadaab, dans l'est du Kenya (archives). © KEYSTONE/AP/Jerome Delay
Abdullahi Mire a ainsi offert, via son organisation une éducation à nombre de ses compatriotes réfugiés dans l'immense complexe de Dadaab, dans l'est du Kenya (archives). © KEYSTONE/AP/Jerome Delay


Publié le 28.11.2023


Le HCR a décerné mardi son prix Nansen à un ancien réfugié somalien qui a permis d'apporter 100'000 livres aux enfants exilés dans des camps au Kenya. Le lauréat est "la preuve vivante que des idées transformatrices peuvent naître au sein des communautés déplacées".

A 36 ans, Abdullahi Mire a ainsi offert, via son organisation, le Refugee Youth Education Hub, une éducation à nombre de ses compatriotes réfugiés dans l'immense complexe de Dadaab, dans l'est du Kenya, où il a vécu enfant. "Un livre peut changer l'avenir de quelqu'un", a-t-il affirmé dans un entretien à l'AFP, disant vouloir que "chaque enfant déplacé ait la possibilité de s'instruire".

Né en Somalie, sa famille s'est réfugiée au Kenya alors qu'il n'était qu'un jeune enfant. Il a passé 23 ans à Dadaab. Ce complexe tentaculaire, construit dans les années 1990 près de la Somalie, devait accueillir quelque 90'000 réfugiés, mais en abrite aujourd'hui environ 370'000, selon l'ONU.

Malgré des "obstacles monumentaux", M. Mire a non seulement terminé ses études primaires et secondaires dans le camp, mais il a également réussi à obtenir un diplôme en journalisme et en relations publiques, indique le Haut Commissariat de l'ONU pour les réfugiés (HCR).

ats, afp

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11