La Liberté

L'empreinte CO2 des soins autant mortelle que les erreurs médicales

Les IRM font partie des technologies les plus énergivores. "On en fait trop: selon certaines estimations, 20 à 40% des imageries effectuées le sont sans réelle indication médicale", commente le médecin Nicolas Senn (image prétexte). © KEYSTONE/GAETAN BALLY
Les IRM font partie des technologies les plus énergivores. "On en fait trop: selon certaines estimations, 20 à 40% des imageries effectuées le sont sans réelle indication médicale", commente le médecin Nicolas Senn (image prétexte). © KEYSTONE/GAETAN BALLY


Publié le 27.10.2023


Le système de santé suisse génère trop d'émissions carbone, selon Nicolas Senn, médecin-chef du département de médecine de famille d'Unisanté à Lausanne. "L'impact environnemental des services de santé tue autant que les erreurs médicales", dit-il dans la presse.

"Le système de santé suisse émet trop de CO2, soit une tonne par habitant et par an, déclare le médecin vendredi dans Le Temps. Cela représente entre 6 et 8% de l'entier des émissions de CO2 du pays".

Le système de santé consomme donc l'ensemble du budget carbone que le pays pourrait se permettre s'il veut respecter l'Accord de Paris sur le climat. Les émissions totales actuelles de la Suisse - par habitant et par an - sont de 12 à 15 tonnes.

Une telle consommation de CO2 en devient dangereuse pour la santé de la population. "L'impact environnemental des services de santé tue autant que les erreurs médicales", souligne M. Senn.

IRM et médicaments énergivores

Avec 75 à 80% d'émissions, les hôpitaux sont les plus gros émetteurs de CO2, explique-t-il. Viennent ensuite les médicaments, qui représentent près d'un tiers des émissions. Un traitement contre le diabète comprenant l'administration d'une ou de deux pilules par jour pendant une année représente par exemple 10 à 12 kg de CO2.

Mais ce sont les IRM qui sont les plus énergivores. Ils pèsent 25 kg de CO2 à l'unité. "Si vous faites deux IRM par année et que vous prenez cinq médicaments, c'est la seule dépense énergétique que vous pourriez vous permettre pour votre santé pour respecter l'Accord de Paris", illustre M. Senn, qui juge que trop d'IRM sont effectués en Suisse.

Réduction de 60 à 70% possible

Ce constat alarmant doit permettre de fixer des objectifs à la hauteur des enjeux, selon Nicolas Senn. Sans quoi seules des micro-mesures, comme supprimer les gobelets en plastique, risquent d'être prises.

Le médecin estime que les émissions du système de santé pourraient déjà être réduites de 60 à 70%, grâce notamment à l'amélioration de l'efficience énergétique des bâtiments. Il faudrait aussi utiliser des sources d'électricité renouvelables et réduire la mobilité motorisée du personnel et des patients qui vont à l'hôpital.

ats

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11