La Liberté

Conseil d'Etat: Le protocole en cas d'«Amok» est prêt dans le canton de Fribourg

En réponse à une question de députés qui faisait suite à l’intrusion d’un individu dans le Collège de Cortaillod, à Neuchâtel, le Conseil d'Etat rassure sur les dispositifs prévus dans les écoles fribourgeoises.

Le protocole pour l'école obligatoire couvre également le chemin allant à l'école. © Thomas Delley - photo prétexte
Le protocole pour l'école obligatoire couvre également le chemin allant à l'école. © Thomas Delley - photo prétexte

Patrick Biolley

Publié le 04.03.2024

En décembre dernier, l’intrusion d’un homme dans le Collège de Cortaillod (Neuchâtel), avait alerté la Suisse romande. Les députés François Ingold (Verts) et Laurent Baeriswyl (Le Centre) avaient interpellé le Conseil d'Etat pour savoir ce qu’il en était du protocole AMOK, soit le dispositif pour faire face à un sujet au comportement «fou furieux» qui tue autant de personnes qu’il peut, dans le canton de Fribourg.

Dans sa réponse, le gouvernement se veut rassurant. Il n’a pas attendu les événements du canton de Neuchâtel pour réagir. En 2012 déjà, un dispositif pour faire face à de possibles attaques dans les établissements scolaires avait été mis en place pour les écoles du post-obligatoire. Un document Cartable «Crise» renseignait sur les dispositions à prendre et que chaque école pouvait adapter à son contexte. Un chapitre entier était d’ailleurs consacré aux événements Amok. En 2013, la police cantonale avait par ailleurs organisé un module de sensibilisation aux violences.

Pour l’école obligatoire également, la Direction de la formation et des affaires culturelles (DFAC) a intégré la thématique AMOK dans le contexte de la gestion de crise, qui englobe d’autres événements pouvant survenir tant à l’école que sur le chemin l’y conduisant. Une information particulière concernant le protocole AMOK a également été donnée aux directions en 2016. En ce qui concerne les Hautes écoles. La HES-SO dispose d’un dispositif particulier pour les événements AMOK. Pour l'Université de Fribourg et la Haute école pédagogique, des réflexions sont en cours pour élaborer un tel document.

Exercice grandeur nature

Le Conseil d'Etat souligne en conclusion qu’un exercice grandeur nature a été effectué impliquant l’HFR, les ambulances et la police cantonale en janvier 2024. Ce dernier a simulé un «contexte dégradé» impliquant arme à feu, otages et risques de tuerie de masse au sein d’un établissement scolaire.

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11