La Liberté

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés

Grand Conseil: les lanceurs d'alerte ne seront pas davantage protégés

Le Grand Conseil a rejeté une motion populaire, déposée par le PVL, qui souhaitait introduire dans la Constitution une protection pour les lanceurs d’alerte. La majorité a estimé que cette question devait être réglée au niveau fédéral.

La motion populaire du Parti vert'libéral n'a pas passé la rampe du Grand Conseil © Charly Rappo-archives
La motion populaire du Parti vert'libéral n'a pas passé la rampe du Grand Conseil © Charly Rappo-archives

Dominique Meylan

Publié le 27.11.2023

La motion populaire, lancée par des membres du Parti vert’libéral, a été largement rejetée lundi (29 oui, 56 non et 2 abstentions). Pourtant, la majorité reconnaît l’importance de la problématique, tout comme le Conseil d’Etat qui affirme dans sa réponse: «Les lanceuses et lanceurs d’alerte peuvent contribuer à prévenir d’éventuels dommages et à détecter des menaces pour l’intérêt public qui pourraient rester cachées sinon.» Toutefois, pour le Conseil d’Etat, modifier la Constitution fribourgeoise n’est pas la bonne voie. D’une part, la Loi sur le personnel de l’Etat offre déjà une protection. Quant au domaine privé, il est de la compétence exclusive de la Confédération. 

Pour les motionnaires, en l’absence de mesures de protection con

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11